LES ARTISTES

Lorsqu’en 2005, Patrizia di Paolo met en scène La Traviata au Barbarigo-Minotto à Venise, elle devient pleinement cet « instrument interprétatif des chefs-d’oeuvre ». L’artiste qui a à coeur de se référer à la tradition trouve à l’Hôtel Dosne-Thiers une source d’inspiration unique pour donner vie aux héros de Verdi.

Pour exprimer les sentiments de Violetta, Alfredo et Germont, Patrizia di Paolo peut compter sur la sensibilité de superbes jeunes artistes français qui alterneront dans les rôles. Admirables sopranos, Emilie Rose Bry, Armelle Khourdoïan ou Aurélie Loilier incarneront Violetta aux côtés, entre autres, des ténors Matthieu Justine, Thomas Ricart, Mathieu Septier, Christophe Poncet de Solages ainsi que des barytons Benoît Gadel, Jiwon Song ou Timothée Varon. Ces artistes remarquables déjà reconnus sont, sans nul doute, les futures grandes têtes d’affiche de l’opéra.

DISTRIBUTIONS

Emilie Rose Bry


Rôle : Violetta Valéry

Lauréate de nombreux concours, la soprano franco-américaine Emilie Rose Bry est claveciniste et flûtiste de formation. Après des études de chant au CRR de Paris et à la Manhattan School of Music de New York, elle intègre le CNIPAL en 2013. En tant que soliste, elle a déjà chanté sur plusieurs continents en se produisant notamment au Teatro Colón de Buenos Aires, au Theater an der Wien de Vienne, au Gran Teatre del Liceu de Barcelone, en Egypte, à l’Opéra du Caire, en Russie et en France (Opéra Royal de Versailles, Opéra de Lyon…). Sur scène, elle interprète un vaste répertoire de Monteverdi (L’Incoro-nazione di Poppea) à Bizet (Carmen) en passant par Vivaldi, Haendel (Rinaldo) Haydn ou Rossini (L’Italiana in Algeri). Emilie se produit régulièrement en concert avec l’Ensemble Matheus et son chef Jean-Christophe Spinosi. Au cours des prochaines saisons, elle chantera Mozart à l’Opéra de Toulon et au Festival Enescu de Bucarest et Bach au Théâtre des Champs-Elysées.

Armelle Khourdoïan


Rôle : Violetta Valéry

Révélation Artiste Lyrique de l’Adami 2014, la soprano Armelle Khourdoïan a étudié au CNSMDP et au CRR de Marseille avant de rejoindre l’Atelier Lyrique de l’Opéra de Paris. En 2016, elle est engagée à La Scala Milan dans L’Enfant et les Sortilèges de Ravel et chante l’Amour et Clarine (Platée, Rameau) dans la célèbre production de Laurent Pelly et Marc Minkowski au Palais Garnier. Elle enregistre le disque « Rameau chez Madame de Pompadour » avec l’ensemble Les Folies françoises. Armelle est l’invitée de nombreux festivals et les spectateurs de France 3 ont d’ailleurs pu la voir à plusieurs reprises aux Chorégies d’Orange dans « Musiques en fête », présenté par Alain Duault. A l’opéra ou au concert, elle chante à la Philharmonie de Paris, à l’Auditorium de Radio France avec l’ONF, au Théâtre du Châtelet, à l’Opéra de Lille, à l’Opéra-Comique… aux cotés de Laurent Korcia, Emmanuelle Haïm, Michel Portal, Ruggero Raimondi ou encore Charles Aznavour.

Aurélie Loilier


Rôle : Violetta Valéry

Pianiste de formation, la soprano Aurélie Loilier se passionne surtout pour l’art lyrique. Son diplôme en poche avec mention Très Bien en chant, elle décide de se consacrer pleinement à l’Opéra et débute rapidement sa carrière. Son répertoire comprend les héroïnes de Mozart (Susanna, Donna Anna, Despina), Verdi (La Traviata), Puccini (Musetta, La Bohème), Donizetti (Adina, L’Elisir d’amore), Bizet (Micaëla et Frasquita, Carmen) et bien d’autres rôles, également dans le répertoire de l’opérette (Offenbach, Benatzky, Planquette). Au concert, Aurélie se consacre à la musique sacrée et à la mélodie. Pour le label Maguelone, elle a très récemment enregistré un CD de pièces inédites d’Augusta Holmès qui a reçu un bel accueil critique. Elle donne de nombreux récitals en France, au Moyen-Orient, en Russie mais aussi en Chine et en Amérique du Sud. Elle a prêté sa voix pour la publicité du parfum « le Mâle » de Jean Paul Gaultier en chantant « Casta Diva » de Norma de Bellini.

Matthieu
Justine


Rôle : Alfredo Germont

Etudiant également l’Art dramatique, le ténor Matthieu Justine a suivi l’enseignement et les masterclasses de Laurent Naouri, Daniel Galvez Vallejo ou encore Ludovic Tézier. Il est très vite engagé pour interpréter Tamino (Die Zauberflöte, Mozart) et Fritz (La Grande Duchesse de Gérolstein, Offenbach) avant d’être Almaviva du Barbiere di Siviglia de Rossini au Théâtre des Champs-Élysées, à l’Opéra de Rouen, Marseille, Avignon, Reims, Toulon, Montpellier et Nice. Nadir des Pêcheurs de perles de Bizet est un autre rôle marquant que Matthieu devrait retrouver prochainement en tournée. Son répertoire comprend également la musique religieuse comme les Passions de Bach, Requiem de Mozart et de Verdi, Messie de Haendel ou encore les Vespro de Monteverdi. Jérémie Rhorer l’a invité à chanter Porcus dans Jeanne d’Arc au bûcher de Honegger à Aix, aux côtés de Marion Cotillard. Au Théâtre des Champs-Elysées, il sera bientôt Nemorino dans L’elisir d’amore.

Christophe
Poncet de Solages


Rôle : Alfredo Germont

C’est par l’étude du piano que le ténor Christophe Poncet de Solages a abordé la musique. Avec son diplôme de l’Ecole Normale de Musique de Paris en poche, passionné par le chant, il part se perfectionner à l’étranger. Avec un talent prononcé pour les langues, il explore un vaste répertoire qui s’étend de la musique baroque au contemporain, tant à l’opéra qu’au concert. Sa solide formation musicale lui permet d’interpréter aussi bien les évangélistes de Bach que des rôles de Wagner ou de Richard Strauss. Parlant couramment l’anglais, l’espagnol, l’italien, l’allemand ainsi que le russe, il a chanté sur scène des œuvres de Britten, Dvořák, Janáček, Moussorgski, Mozart, Stravinsky, Verdi mais aussi de compositeurs français comme Offenbach, Poulenc ou Bizet. Christophe s’est déjà produit à l’Opéra national de Lorraine, de Lyon et à Toulon mais aussi au Grange Festival (Carmen) et au Festival de Szeged où il a tenu le rôle-titre d’Oedipus rex

Thomas Ricart


Rôle : Alfredo Germont

Thomas Ricart découvre le chant au sein de la Maîtrise Saint-Louis de Gonzague de Paris. Le ténor y découvre les grandes œuvres du répertoire choral et participe à plusieurs tournées en Europe. A l’issue de ses études de commerce à l’ESSEC en 2016, il intègre le Conservatoire national Supérieur de Musique et de Danse de Paris pour se consacrer entièrement à la musique. Il y reçoit notamment les précieux conseils d’Alain Altinoglu, Anne Le Bozec, Bruno Mantovani, Hervé Niquet ou Sabine Vatin. Son répertoire comprend des rôles aussi divers que Gernando dans L’isola disabitata de Haydn ou celui du Prologue dans The Turn of the Screw de Britten. Il abordera prochainement la partie de ténor solo dans la Matthäus-Passion de Bach sous la direction de Xavier Ricour. Thomas se consacre également avec bonheur au répertoire de la mélodie qu’il explore avec sa complice, la pianiste Katia Weimann. Thomas Ricart est soutenu par la fondation Porosus.

Mathieu Septier


Rôle : Alfredo Germont

Mathieu Septier a commencé sa carrière musicale au Chœur d’Enfants Sotto Voce à l’âge de neuf ans. Après ses études de chant lyrique et de piano, il intègre le prestigieux Chœur de l’Armée Française et remporte en 2007 le « Grand Prix International de Polyphonie Guido d’Arezzo ». Sur scène, il chante la partie soliste dans divers oratorios notamment sous la direction d’Aurore Tillac ou de Lionel Sow. Il aborde l’opéra au sein de la compagnie les « Voix Concertantes » avec Sesto Quatrini en se faisant remarquer dans les œuvres de Verdi. Son répertoire lyrique comprend également les héros de Mozart (Tamino), de Rossini (Almaviva) mais aussi l’Opérette avec diverses pièces d’Offenbach. Matthieu se produit régulièrement à l’Elysée avec le prestigieux Orchestre de la Garde Républicaine. Parallèlement à sa carrière de ténor, il poursuit son parcours de Chef de Chœur et compose. Il a notamment écrit un opéra pour enfants, des pièces pour chœur et de la musique de film.

Laurent Arcaro


Rôle : Giorgio Germont

Après des études de chant au CNSM de Paris et plusieurs prix, Laurent Arcaro intègre le Studio-Opera de Mannheim en Allemagne. Le baryton s’est rendu aux États-Unis pour se perfectionner en suivant le « Young Artist Program » de l’Opéra de Los Angeles dirigé par Plácido Domingo. Il a participé aux masterclasses de Dietrich Fischer-Dieskau, Gabriel Bacquier et Thomas Hampson. Au Capitole de Toulouse, à l’Opéra Comique, l’Oper Frankfurt ou encore au Staatsoper Unter den Linden de Berlin, il interprète les grands rôles du répertoire de Baritono Lirico (Barbiere di Siviglia, Faust, Falstaff, La Bohème, Le nozze Di Figaro, Carmen) notamment sous la direction de Michel Plasson. Il se produit également au concert et en récital de mélodies avec Tristan Pfaff (autour de Duparc, Strauss et Mahler), genre qu’il affectionne tout particulièrement. Ses talents de comédien l’ont amené également à tourner dans quelques films et courts-métrages.

Benoît Gadel


Rôle : Giorgio Germont

Diplômé du CRD de Pantin et de la Schola Cantorum où il a eu Nadine Denize comme professeur, Benoît Gadel débute sa carrière avec des rôles de basse tels que Colline (La Bohème, Puccini), Zuniga (Carmen, Bizet) ou encore Ramfis (Aida, Verdi). Ses facilités dans l’aigu lui permettent de s’orienter peu à peu vers le répertoire de baryton. Il interprète ainsi Escamillo de Carmen, Don Giovanni, Figaro (Le nozze di Figaro) et Guglielmo (Così fan tutte). Avec les personnages de Rossini, Verdi et Ravel, Benoît s’illustre également dans le répertoire baroque de Purcell, Monteverdi et John Blow et fait quelques incursions dans l’opérette. Au concert, il est régulièrement invité à interpréter les œuvres sacrées de Bach et Mozart mais également Charpentier, Fauré, Saint-Saëns, Dvořák ou Brahms. Parmi les prochaines prises de rôles qui attendent le baryton, notons Giorgio Germont dans La Traviata de Verdi, Zurga dans Les pêcheurs de perles de Bizet ou encore Silvio dans Pagliacci de Leoncavallo.

Jiwon Song


Rôle : Giorgio Germont

Après l’obtention de son diplôme du Conservatoire de Parme, le baryton Jiwon SONG vient en France et intègre le CNIPAL, ce qui lui permet de se produire sur les scènes des opéras d’Avignon, Bordeaux, Marseille et Toulon. Il est ensuite engagé dans la production de La Bohème (Opéra en plein air) où il incarne Marcello. 2017 est une année décisive au cours de laquelle il remporte de nombreuses récompenses et premiers prix (Concours international de chant de Clermont-Ferrand, d’Arles et de Mâcon). Le jury de Clermont-Ferrand lui propose le rôle de Silvio dans I Pagliacci pour les scènes d’Avignon, Clermont-Ferrand, Massy, Reims, Saint-Céré et Vichy. Au concert ou en récital, Jiwon remporte également de vif succès notamment aux côtés de Jeff Cohen, l’accompagnateur de renom. Parmi ses projets, on note Hamlet d’Ambroise Thomas (Claudius) à Saint-Étienne et Madama Butterfly (Yamadori) à Nantes, Angers et Rennes.

Timothée Varon


Rôle : Giorgio Germont

Après des études de Lettres modernes, Timothée Varon débute le chant au CRD de Pontivy. Très vite il rejoint le chœur de l’Opéra de Rennes et l’ensemble vocal Mélisme(s). Il entre ensuite au CNSMD de Lyon où il suit l’enseignement de Françoise Pollet et Mireille Delunsch. Il participe également aux masterclasses de Jean-Luc Chaignaud et Ludovic Tézier. Nommé Révélation Classique de l’ADAMI en 2018, il remporte le deuxième prix au concours d’Arles et le Prix Révélation du concours Raymond Duffaut – Jeunes Espoirs. Il chante Belcore de L’elisir d’amore, Morales de Carmen et le rôle-titre de Don Giovanni à l’Abbaye de Royaumont dans un atelier de mise en scène animé par Patrice Caurier et Moshe Leiser. En août 2019, il incarne Papageno de Die Zauberflöte au festival Opera pa Skäret en Suède. Timothée rejoint l’Académie de l’Opéra national de Paris en septembre 2018. Il chante dans L’Enfant et les sortilèges sur la scène du Palais Garnier en janvier 2020.

Yuko Osawa


Chef de chant

Yuko Osawa commence le piano dès l’âge de 2 ans. Adorant la philosophie et la littérature, elle étudie l’esthétique à l’Université de Tokyo, puis obtient un master de piano solo à la Musashino Academia Musicae. Après 5 ans d’activité musicale au Japon, sa passion pour le répertoire vocal, notamment français, la conduit en France pour poursuivre sa carrière. Après un passage à l’Académie Internationale d’Été de Nice, elle s’installe à Paris pour poursuivre un cursus d’accompa-gnement à l’École Normale de Musique. Son diplôme en poche, elle participe à de nombreux projets artistiques et se consacre pleinement à l’accompagnement de chanteurs. En 2019, elle est assistante chef de chant aux côtés de Didier Henry. Elle est également invitée par la fondation Royaumont pour les formations autour de Rossini en 2019 et Massenet en 2020. Par ailleurs, Yuko est membre de la compagnie Stein-lein-chen où elle contribue à la création et à la tournée des spectacles lyriques.

Philip Richardson


Chef de chant

Né en Grande-Bretagne, le pianiste Philip Richardson a grandi aux Pays-Bas. Il obtient son diplôme de musicologie à l’Université de Cambridge. Il commence ses études de pianiste et chef de chant à la Royal Academy of Music à Londres (où il remporte le prix Evelyn German), puis à la Hochschule für Musik à Hanovre. Il rentre comme artiste en formation à l’Opera studio du Teatro alla Scala de Milan puis à Strasbourg, à l’Opéra National du Rhin. De 2011 à 2014, il fait partie de l’Atelier Lyrique de l’Opéra national de Paris où il accompagne de nombreux concerts. Il travaille ensuite avec les artistes de la Chapelle Musicale Reine Elizabeth à Bruxelles où il accompagne également les masterclasses de José van Dam et Sophie Koch. Depuis, des salles aussi prestigieuses que l’Opéra national de Paris, le Théâtre des Champs-Elysées, la Philharmonie de Paris, les opéras de Rouen, de Dijon ou l’Opera Ballet Vlaanderen d’Anvers le demandent régulièrement.

Katia Weimann


Chef de chant

Née en 1992, Katia Weimann commence le piano à l’âge de 6 ans et se passionne rapidement pour l’art lyrique. Formée au Conservatoire de Boulogne-Billancourt, elle se perfectionne auprès d’Anne Le Bozec et d’Emmanuel Olivier au CNSM de Paris. Elle en sort brillamment diplômée en 2020 et obtient également un prix d’Esthétique musicale. Lauréate de la Fondation Royaumont, Katia travaille ensuite avec les metteurs en scène Benjamin Lazar, Patrice Caurier et Moshe Leiser sur des productions d’opéras de Gluck et de Rossini. Elle collabore régulièrement avec de jeunes compagnies lyriques (Compagnie du JAB, Le Souffle d’Orphée…) pour qui elle assure la direction musicale de pièces de théâtre musical et d’opéras (Le Nozze di Figaro, Carmen ou encore Maria Golovin de Menotti). D’autre part, en tant que pianiste-chef de chant à la Maîtrise Populaire de l’Opéra Comique, Katia a participé à la dernière production de la Salle Favart signée Laurent Pelly.

Anne Balu

Originaire du Val-de-Marne, la violoniste Anne Balu s’est formée à Paris, à Genève et à Vienne. Diplômée de la Haute Ecole de Musique de Genève où elle a obtenu un master en interprétation et un master en pédagogie musicale, elle est égale-ment professeure de conservatoire. Passionnée de musique d’ensemble, elle a bénéficié notamment des conseils de Menahem Pressler et a joué sous la direction chefs prestigieux comme Leon Fleisher ou Emmanuel Krivine. Régulièrement appelée à se produire sein de plusieurs orchestres dont le Brussels Philharmonic Orchestra et l’Orchestre National d’Avignon-Provence, Anne est membre de l’Ensemble Caravage.

Estelle Diep

Estelle Diep commence le violon à l’âge de 4 ans. En 2007, elle est admise au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris où elle bénéficie des précieux conseils de Constantin Bogdanas, Michael Hentz, Régis Pasquier et Vladimir Nemtanu. Estelle se produit régulièrement dans divers ensembles tels que l’Orchestre National de Bordeaux Aquitaine, l’Orchestre de Cannes ou le London Symphony Orchestra pour interpréter un vaste répertoire allant de la musique baroque à la musique de film. Membre de l’orchestre Les Métamorphoses, elle participe à de nombreuses productions lyriques.

Roxana Rastegar

Diplômée d’un master de violon et du Diplôme d’Etat de professeur de violon, Roxana Rastegar a grandi à Nantes, ville à l’exceptionnelle ouverture culturelle. Elle a reçu l’enseignement de Jean-Marc Phillips-Varjabédian, Gérard Poulet ou encore Ivry Gitlis. Elle se consacre avant tout à la musique de chambre et se produit aux côtés d’Emmanuel Pahud, Paul Meyer et Abdel Rahman El Bacha. Artiste polyvalente, fascinée par la musique ancienne, elle fait ses débuts avec les Arts Florissants mais elle joue également dans les festivals de Jazz. Depuis 2019, le Fonds Instrumental Français lui prête un violon de 1741 signé François Vaillant qu’elle utilise pour le répertoire baroque. 

Cecilia Careno

Née d’un père violoniste et d’une mère contrebassiste, Cecilia Carreno assiste à son tout premier opéra derrière la fosse ! La musique classique a toujours fait partie de sa vie et sans surprise, elle rentre en 2008 à la Haute Ecole de Musique de Genève, son Diplôme du CRR de Paris en poche. Titulaire d’un Master of Arts à la HEM, elle se produit en soliste avec l’orchestre de L’AP-HP et en duo avec le pianiste Christian Prizzi. Régulièrement appelée par les orchestres de l’Opéra national de Paris ou de la Suisse Romande, Cecilia s’est déjà produite au Musikverein, Philharmonie de Paris, Opéra Bastille… dans un répertoire allant de Haydn à la musique contemporaine.

Carlotta Persico

Née à Paris, Carlotta Persico commence le violoncelle à l’âge de 4 ans puis rentre au CNR de Paris en 1998. Elle suit l’enseignement de Jérôme Pernoo, François Salque et les masterclases de Gary Hoffman, Roland Pidoux, Marc Coppey ou de prestigieux quatuors. Entre Musique de Chambre et Orchestre, Carlotta se produit dans différentes salles de concert parisiennes mais également à l’étranger notamment à Prague, en Italie et en Colombie. Son répertoire soliste comprend le Concerto de Schumann ou encore le Double Concerto de Brahms. Elle a enregistré un CD et un DVD aux côtés du pianiste Olivier Cangelosi avec qui elle joue fréquemment.

Suzanne Wolff

Suzanne Wolff étudie en parallèle le clavecin et le violoncelle jusqu’à son entrée au CRR de Paris en 2013, dans la classe de violoncelle de Raphaël Pidoux. Elle poursuit néanmoins la pratique du clavecin et de la basse continue. Après un détour à la Royal Academy of Music de Londres où elle se perfectionne, elle aborde la pratique du violoncelle baroque et de la viole de gambe ce qui lui ouvre un large répertoire tant en musique de chambre qu’en formations plus importantes. Suzanne a développé son expérience au sein d’orchestres d’étudiants en partenariat avec l’orchestre du Capitole de Toulouse, l’orchestre d’Auvergne et l’orchestre de Radio France.

Pour plus d'informations

NOS PARTENAIRES